Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ian Rankin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal.Dufrénoy
pilier
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 57
Date d'inscription : 15/01/2006

MessageSujet: Ian Rankin   Mer 21 Juin 2006, 16:47

Ian Rankin - l’étrangleur d’Edimbourg.


« Il conduisit doucement. Il n’aimait pas revenir dans le Fife, où le bon vieux temps avait été tout sauf ça, où les coquilles vides des maisons désertes étaient peuplées de fantômes, où quelques rares boutiques baissaient leur rideau chaque soir. Ces rideaux métalliques faits pour que les voyous y taguent leurs noms. Pour Rebus, c’était l’horreur absolue. Un paysage à ce point absent. Plus que jamais, ça puait l’abus, la négligence, la vie totalement gâchée ». – Ian Rankin, l’étrangleur d’Edimbourg.
John Rebus n’est pas un héros magnifié et ce livre n’est pas un livre de vacances…Ici nul exotisme clinquant, nulle course poursuite en voiture puissante… Nous sommes loin des complots ésotériques et impénétrables.
De Glasgow ou dans ce cas d’Edimbourg, nous ne retiendrons ni le pittoresque ni le charme, ces villes comme toutes les grandes cités ont des tumeurs et les personnages qui y évoluent ont des failles insondables. Le tourisme de masse est loin, les lochs et autres typiques distilleries de nobles whiskys ne sont plus que des photos jaunies et des étiquettes crasseuses sur des comptoirs collants…
Edimbourg est la ville de Jekyll et Hyde, symbole de la dualité des protagonistes de cette triste histoire. Aucun manichéisme dans le bouquin de Rankin, le constat d’une lutte, de pauvres gens qui se débattent avec leurs démons personnels et récurrents…
Rebus « laisse des plumes » et la plupart de ses rares illusions dans chacune de ses enquêtes se raccrochant à ce qu’il peut, la religion, la prière et l’alcool en ce qui le concerne…
Les personnages ne sont ni beaux, ni jeunes, ni véritablement sympathiques, mais finalement on ne peut s’empêcher de s’y attacher, nous les rencontrons à chaque coin de rue, parfois, nous vivons les mêmes choses…
Même si chronologiquement, « L’étrangleur d’Edimbourg » n’est pas le premier acte des enquêtes de Rebus, il constitue une bonne entrée en matière dans l’univers de Rankin. Son écriture ne sombre jamais dans le pathos, c’est peut-être encore plus âpre, c’est un constat, sans appel, sur la vie des grandes villes de province, de leur solitude larvée et de l’incommunicabilité… cela va au-delà d’un simple roman policier…
Ce n’est pas un grand Malt racé et distingué que l’on déguste confortablement installé, non… c’est un raide scotch de contrebande, avalé en hâte sur le coin d’un comptoir, près d’un port sale et gris… Ce n’est pas mauvais finalement, de temps en temps…
« A proximité de son appartement. Il passa devant une épicerie ; sur le trottoir étaient empilées des palettes de bouteilles de lait et de petits pains. Le propriétaire s’était plaint à Rebus de petits vols occasionnels, mais refusait de porter plainte. Le magasin était aussi désert que la rue, la solitude du moment à peine troublée par un taxi roulant au loin des pavés et la persistance des gazouillis matinaux. Rebus regarda autour de lui, s’attardant sur les nombreuses fenêtres aux rideaux fermés, puis arracha prestement six petits pains, les fourgua dans la poche de son manteau et s’éloigna un peu trop vivement. Marquant une hésitation, il revint sur la pointe des pieds vers la magasin – l’assassin revenant sur les lieux du crime, le chien retournant à son vomi. Rebus n’avait jamais vu un chien faire ça, mais puisque saint Pierre le disait…
Après un nouveau coup d’œil à la ronde, il subtilisa une bouteille de lait sur une des palettes et s’éclipsa en sifflotant un air en silence… » Ian Rankin – L’étrangleur d’Edimbourg.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Mer 21 Juin 2006, 17:52

Citation :
Edimbourg est la ville de Jekyll et Hyde, symbole de la dualité des protagonistes de cette triste histoire. Aucun manichéisme dans le bouquin de Rankin, le constat d’une lutte, de pauvres gens qui se débattent avec leurs démons personnels et récurrents…
Rebus « laisse des plumes » et la plupart de ses rares illusions dans chacune de ses enquêtes se raccrochant à ce qu’il peut, la religion, la prière et l’alcool en ce qui le concerne…
Les personnages ne sont ni beaux, ni jeunes, ni véritablement sympathiques, mais finalement on ne peut s’empêcher de s’y attacher, nous les rencontrons à chaque coin de rue, parfois, nous vivons les mêmes choses…

Tu as l'air de bien connaître et apprécier cet auteur ?

Citation :
cela va au-delà d’un simple roman policier…

j'ai vu les couvertures de ses livres avec des couleurs criardes, et j'ai eu peur de tomber sur une litterature racoleuse. A te lire, je reviens sur mes prejugés, heureusement ! car le titre ne m'aurait pas attiré.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
IzaBzh
pilier
avatar

Nombre de messages : 1193
Age : 51
Localisation : Yonne
Date d'inscription : 02/06/2010

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Mer 24 Nov 2010, 10:31

Tu es sûr que ce n'était pas le premier roman de la série "Rebus", je viens de voir le contraire sur le net ?
J'ai terminé "L'étrangleur d'Edimbourg" hier et ce livre était d'une lecture agréable (quoique passablement déprimante) même si pas mémorable. J'ai eu l'impression que l'auteur présentait un personnage, plantait son décor et qu'ensuite on allait en apprendre plus dans les tomes suivants. Les personnages sont attachants, c'est vrai, c'est pour ça que j'en lirai au moins un autre pour me faire une idée plus précise de cet auteur.
Revenir en haut Aller en bas
http://avel-iza.blogspot.com
Polac
pilier
avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Jeu 06 Jan 2011, 08:25

IzaBzh a écrit:
Tu es sûr que ce n'était pas le premier roman de la série "Rebus", je viens de voir le contraire sur le net ?
J'ai terminé "L'étrangleur d'Edimbourg" hier et ce livre était d'une lecture agréable (quoique passablement déprimante) même si pas mémorable. J'ai eu l'impression que l'auteur présentait un personnage, plantait son décor et qu'ensuite on allait en apprendre plus dans les tomes suivants. Les personnages sont attachants, c'est vrai, c'est pour ça que j'en lirai au moins un autre pour me faire une idée plus précise de cet auteur.

L'étrangleur d'Edimbourg est sorti en 1987 et semble donc être le premier de la série des Rebus. J'aimr bien l'ambiance créée par Ian Rankin dans ses romans. J'ai beaucoup aimé "Une dernière chance pour Rebus", plus récent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.polarsactuels.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Jeu 06 Jan 2011, 10:49

bienvenue Polac,

tu as bien fait de poster sur ce fil. Je suppose que les livres de Rankin sont indépendants les uns des autres ? quel est ton préféré ?

Si tu veux dire bonjour aux grains,

c'est ici

http://grain-de-sel.cultureforum.net/accueil-et-presentations-f20/

c'est comme tu veux, ! histoire qu'on connaisse tes goûts Wink

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
FrançoisG
pilier
avatar

Nombre de messages : 91
Localisation : Dans ma maison au calme
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Jeu 26 Mai 2011, 23:11

À propos de "L'étrangleur d'Edimbourg" :

J'ai remarqué ce livre par le biais des éditions originales.

Le titre original "knots and crosses" fait référence au jeu de morpion qui s'appelle "naughts and crosses", ce qui signifie littéralement ronds et croix. L'auteur joue sur l'homophonie entre "naught" et "knot" qui signifie "noeud". Les cordelettes avec un noeud jouent un rôle dans l'enquête.

Il s'agit de la première enquête de l'inspecteur Rebus, un détective d'une cinquantaine d'années, dur et quelque peu cynique qui vieillira au rythme des romans.

Rebus est aux prises avec une enquête délicate de tueur en série qui sévit dans la ville d'Edimbourg.

L'auteur parvient à nous brosser un portrait tout en nuances de ce flic traumatisé par son passé militaire.

Le lecteur est conduit sur un fausse piste du coupable qui prend peu à peu une consistance effrayante.

Et dans le dernier tiers du livre, on se rend compte que tout ce passé du personnage principal joue effectivement un rôle primordial dans la résolution de l'enquête mais pas du tout comme le lecteur l'avait imaginé.

Ça se lit très facilement. Au fur et à mesure de l'état d'avancement de l'enquête, la tension monte. Les derniers chapitres sont insoutenables.

C'était la première fois que je lisais cet auteur et je n'ai vraiment pas été déçu.

D'autant que la ville d'Edimbourg forme un autre personnage de la trâme, ce que j'ai beaucoup apprécié.

L'auteur informe constamment le lecteur des pensées des différents personnages et c'est très agréable.

Les personnages sont bien dépeints. Les descriptions extérieures et intérieures sont aussi excellentes.

Si je devais comparer ce livre à un autre, je dirais que la façon de présenter cette histoire m'a rappelé les "Dix petits nègres" d'Agatha Christie en plus dense, plus angoissant et moins répétitif. Belle comparaison s'il en est, vous ne trouvez pas ?

En conclusion, je recommande vraiment ce livre qui a été un véritable coup de coeur !

Ma note : 10/10.
Revenir en haut Aller en bas
denimpact
neophyte
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 03/11/2010

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Jeu 01 Sep 2011, 15:49

Bonjour à tous . Après avoir commencé le polar english avec G.Hurley (l’ornithologue), j'ai eu l 'occasion de connaitre Ian rankin par mon bouquiniste préféré.

J'ai donc eu l'occasion de lire: "Ainsi saigne t'il" et "le jardin des pendues". Je sais, je n'ai pas commencer par le début de Rebus mais je lis ce qu'il y a de dispo sur les étales des bookistes (Tous les jours... place st Anne à Rennes);

et j'ai donc bien aimé et apprécié cet auteur écossais nous trimbalant dans les pubs et les faubourgs d’Édimbourg.
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Ian Rankin   Mar 11 Sep 2012, 13:26

Fini pour la série des Rebus voici la nouvelle série qui débute dès le 12 septembre avec Malcom Fox dans Plaintes aux éditions du masque ( 475 p )

Le service des plaintes (The complaints): les flics qui enquêtent sur d’autres flics. Malcom Fox est inspecteur dans ce service et on ne l’aime pas beaucoup. Il est solitaire, ne boit pas (ou plus), a une vie plutôt tranquille, sans éclat. Il vient juste de boucler une enquête et de mettre sur la touche un flic ripoux. Il devrait être content du résultat. Mais il a d’autres problèmes sur le dos. On vient de lui assigner une nouvelle mission : faire surveiller un inspecteur, Jamie Breck, soupçonné d’échanger des photos pédophiles sur Internet. Fox se met au travail et découvre qu’il y beaucoup plus dans l’affaire Breck qu’on ne le croit, d’autant plus qu’un meurtre crapuleux est commis bien trop près de chez lui …(Source : Editeur)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ian Rankin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ian Rankin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: