Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nina Companéez, la recherche du temps perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Mer 02 Fév 2011, 06:36




de Nina Companéez avec Micha Lescot, Dominique Blanc, etc.

en 1900 le narrateur a 20 ans. Fils unique, il a grandi dans une famille française de la bourgeoisie aisée et cultivée, entourée par l'amour protecteur et sans limite de sa mère et de sa grand-mère. Il est d'une sensibilité exacerbée. Insomniaque, nerveux et asthmatique, il souffre depuis l'enfance de crises nerveuses et de suffocations.

En dehors des propos sur une adaptation difficile, j'ai trouvé cette première partie très esthétique, avec des références picturales, certes attendues mais très réussies. Par moments je pensais à des scènes de Visconti. Parfois le jeune garçon est trop "costumé"; La musique est présente, discrète, bien choisie.

Comment le narrateur n'aurait-il pas cédé au charme de ces jeunes filles, insolentes et délurées, mystérieuses, qui excitent l'imagination, notamment ? De même on comprend la fascination pour le monde des Guermantes, et l'aristocratie en général, sur fond d'envie et d'humiliation, à l'hôtel de Balbec par exemple.

Pourtant ce monde, merveilleux en apparence, se montre bien dans ce téléfilm superficiel, médisant et cruel, se détruisant lui-même.

Les souffrances de l'amour sont présentes aussi, avec Saint Loup et l'inénarrable Charlus, tandis que le narrateur se voit bien joué par les errements du coeur, qui font aimer celle-ci quand il fallait cueillir celle-là.

Je doute que des non lecteurs de Proust aient pu comprendre à cette réalisation. Le réagencement des épisodes ne les aide pas non plus. D’autre part, comme il fallait s’y attendre, les scènes visuelles, même en caméra subjective, l’emportent sur les réflexions du narrateur, non dupe -enfin de moins en moins des manèges mondains et de ce monde mêlé.

Qu'en avez-vous pensé ? je lance des remarques en vrac.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Mer 02 Fév 2011, 06:43


clic !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Mer 02 Fév 2011, 10:32

rotko a écrit:
En dehors des propos sur une adaptation difficile, j'ai trouvé cette première partie très esthétique, avec des références picturales, certes attendues mais très réussies.
Esthétique, certes, mais parfois les procédés sont lourds. Par exemple, les objets qui bougent m'ont plus fait rire qu'autre chose. Comme je le disais sur le bar, il est presque impossible de retranscrire visuellement les sensations tant maîtrisées, développées dans le texte. En fait, je trouve que l'image fixe l'aléatoire, la mobilité de la pensée proustienne.

Citation :
Comment le narrateur n'aurait-il pas cédé au charme de ces jeunes filles, insolentes et délurées, mystérieuses, qui excitent l'imagination, notamment ? De même on comprend la fascination pour le monde des Guermantes, et l'aristocratie en général, sur fond d'envie et d'humiliation, à l'hôtel de Balbec par exemple.
Pour les jeunes filles, c'est assez bien rendu, oui. Même si dans le cas d'Andrée, on ne voit pas pourquoi il ne s'y attache pas, alors que le texte montre bien qu'elle est trop semblable au narrateur, trop intellectuelle.
Le monde des Guermantes est assez bien représenté, même s'il aurait fallu pour ça insister sur la composition du salon de Mme de Villeparisis, qui justement se place en opposition avec l'élitisme du salon Guermantes. Tout comme l'opposition avec le salon de Mme Verdurin n'apparaît pas... On parle aussi quelques fois de la généalogie, mais un plus grand développement aurait été intéressant, car c'est justement cet aspect ancestral de l'aristocratie qui fascine le narrateur.

Citation :
Les souffrances de l'amour sont présentes aussi, avec Saint Loup et l'inénarrable Charlus, tandis que le narrateur se voit bien joué par les errements du coeur, qui font aimer celle-ci quand il fallait cueillir celle-là.
Ah ce cher Mémé!! Bon, j'avoue que j'aime bien l'interprétation. Même si là encore ce n'est pas assez nuancé, car on ressent finalement assez peu toute la grandeur, l'élitisme, le dandysme de Charlus.

J'ai été déçu aussi de ne pas retrouver Norpois (si, 5 secondes Rolling Eyes) qui inscrit l'histoire dans un véritable cadre historique. Il y a certes une allusion à l'affaire Dreyfus à la fin, mais tout de même...

Ah oui, et le narrateur semble complètement idiot!!!

Finalement : quelques bonnes trouvailles, mais un ensemble trop peu approfondi, trop resté en surface.

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
nicyrle
pilier
avatar

Nombre de messages : 5882
Age : 75
Localisation : Tout en bas, sous les orangers
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Mer 02 Fév 2011, 10:46


Prince a écrit:
la Recherche? Bon, j'ai tenu jusqu'au bout, mais je ne regarderai pas la suite. Je suis conforté dans mon idée que Proust est inadaptable. Le film paraît très verbeux, alors que l'écriture de Proust est d'une grande légèreté. Une grande déception pour moi, donc, même si je m'y attendais.

J'ai abandonné La recherche sur FR2 très vite : d'emblée, tout m'a paru ridicule et niais, l'athmosphère, les personnages, masculins en particulier ; je préfère me replonger dans l'oeuvre littéraire !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Prince d'Aquitaine
Animation
avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 28
Localisation : Maromme, Seine-Maritime
Date d'inscription : 29/05/2009

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Mer 02 Fév 2011, 10:50

nicyrle a écrit:
J'ai abandonné La recherche sur FR2 très vite : d'emblée, tout m'a paru ridicule et niais, l'atmosphère, les personnages, masculins en particulier ; je préfère me replonger dans l'oeuvre littéraire !
Tout à fait d'accord. Même s'il y a une part de ridicule dans le texte, là c'était vraiment trop!

_________________
"Aujourd'hui, la réalité est absurde, aussi horrible, aussi impénétrable que nos rêves. Et face à elle, nous sommes sans défense, comme dans nos cauchemars...". Ingmar Bergman
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Mer 02 Fév 2011, 10:52


je comprends bien tes remarques, mais le film insiste surtout sur le visuel, c'est son rôle, plus que sur les commentaires de Proust, si bien que la realisatrice par exemple montre une duchesse de Guermantes prolixe et médisante, ce qui est désagréable, mais traduit l'impression a posteriori du narrateur.

Une solution eût été une voix off commentant l'attitude de la duchesse de G, mais nina Companeez semble s'être interdit d'intervenir avec des paroles de son cru.

D'autre part de petits extraits des commentaires du narrateur risquaient de donner du decousu au film.

cette première partie fait déja 110 minutes.

On passe sur des aspects importants, mais on n'a pas les mêmes regards sur les oublis ; Moi j'aurais préféré qu'on s'attarde sur Swann. Je suis plus sensible à ses souffrances qu'à celles de Saint Loup. D'autre part Swann annonce les vraies souffrances sentimentales du narrateur.

Des reproches placés dans la bouche des personnages annoncent le thème d'une vie gâchée, d'un temps perdu à des futilités mondaines.

Pour la généalogie, c'est, je crois, les discours de Brichot qu'on aurait dû subir. Idem pour Norpois, trop bavard dans un film où le regard ironique serait dur à faire passer.

bref, en regardant le film, je fais la transposition avec ce que j'ai appris avec la lecture.

je regarderai la deuxième partie, car je complète les scènes avec les souvenirs de l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: proust:Companeez   Mer 02 Fév 2011, 10:55

Le ridicule des scènes traduit à mon sens le regard caustique de l'auteur.

c'est pourquoi je transpose ce que je vois en ce que pense le narrateur...

Elstir a physiquement une ressemblance avec Monet, je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Jeu 03 Fév 2011, 07:08



Jean Yves Tadié

Aucune adaptation n’est parfaite. Et ce pour une raison simple : elles ne sont pas nombreuses. Il y a « Un amour de Swann » de Schlöndorff, « le Temps retrouvé » de Ruiz, qui étaient plutôt réussies. « La Prisonnière » de Chantal Akerman s’éloigne de l’intrigue originale, c’est plus une variation. On oublie souvent un film admirable : « Céleste » de Percy Adlon, tiré du « Monsieur Proust » de Céleste Albaret. Je pense aussi au « portrait-souvenir » consacré à Proust par Roger Stéphane, dans lequel on pouvait voir parler ses amis, Cocteau, Halévy, Berl ou Morand.

Ce qui m’étonne le plus avec celle de Nina Companeez, c’est l’enthousiasme démesuré de vos confrères. Je lisais la critique béate du « Monde », c’est à n’y rien comprendre. Soit ils ne connaissent pas grand-chose à Proust, soit ils ne peuvent pas dire du mal de France 2. Encore une fois, Nina Companeez n’est pas à incriminer. C’est le système que je condamne. C’est dommage : c’est une belle occasion manquée. Ca ne se représentera pas de sitôt


tout l'entretien de Tadié
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Bridget Jones
pilier
avatar

Nombre de messages : 806
Age : 57
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Jeu 03 Fév 2011, 10:32

En Suisse, on peut dire du mal de France 2 tongue

Citation :
A la recherche du temps perdu» en quatre heures? Le pari était impossible, la réalisatrice des «Dames de la côte» le perd avec panache
...
ces acteurs grossièrement grimés, contraint de se faire plus vieux qu’ils ne sont par un jeu ostensiblement maladroit.
...
Quant au passage obligé de la trop fameuse madeleine, la réalisatrice l’expédie par un clin d’œil amusé qui fera sans doute hoqueter quelques puristes




l'article en entier
J-C Canet dans la Tribune de Genève
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tiina-gva.blogspot.com
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Jeu 03 Fév 2011, 10:48

Bridget Jones a écrit:
En Suisse, on peut dire du mal de France 2 tongue

Et en France, on dit du mal des sites suisses auxquels on ne peut se connecter. Razz

Citation :
Vous êtes très nombreux à vouloir vous connecter à notre site.(Tribune de genève)
C'est la raison pour laquelle il n'est momentanément pas accessible. Veuillez nous excuser pour cette gêne.

je n'aurai pu voir la 2e partie, l'émetteur de TNT était en panne.

Si cet essai raté - ou moins réussi qu'on ne l'espérait, attire l'attention sur l'oeuvre de Proust.... pour une fois qu'on parle de son oeuvre, c'est déjà une avancée Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Jeu 03 Fév 2011, 14:47

Tadié :
Citation :
Je n’aime pas du tout, par exemple, le fait d’avoir identifié le narrateur à Proust. Je me suis toujours battu contre cette idée. Nina Companeez a donné au personnage le physique de l’auteur
nina companeez se defend en arguant qu'elle a fait du narrateur un individu grand alors que Proust était petit.
Oui, le narrateur est assez geignard (je n'ai pas vu la deuxième partie) et certains disent que la realisatrice a projeté sur lui un regard de mère ou de grand mère Wink
Tadié
Citation :
Proust est un héros viril de la pensée. Ca se lit dans la moindre page de « la Recherche ». Il va au fond des choses avec un grand courage, là où la plupart d’entre nous ne pouvons que nous arrêter


Dans ce livre paru chez Odile Jacob, Jean Didier Vincent cite Proust sur les questions de l'amour et de la memoire, vu que par son milieu, Proust était très au courant des theories de son époque ( Ribot, Charcot etc.) On voit donc que le regard de Proust sur l'amour est pris très au sérieux par les scientifiques specialistes du cerveau, de l'action des phéromones etc.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    Lun 16 Déc 2013, 07:04

Bientôt

Le Général du roi de Nina Companeez, que les télé-spectateurs découvriront le 4 janvier sur France 3.

Sur l'écran, tumulte des armes, passion romanesque. La guerre oblige à vivre vite. La terre vendéenne brûle de l'insurrection de 1793. Les bleus sont là, le canon gronde

les guerres de Vendée alimentent encore les polemiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nina Companéez, la recherche du temps perdu    

Revenir en haut Aller en bas
 
Nina Companéez, la recherche du temps perdu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La météo à temps perdu
» A la recherche du temps perdu.
» A la recherche de l'enneagramme perdu
» Nina la chienne de Brigitte Bardot perdue
» Remords....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: