Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 bruno Schulz (Pologne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nestor
Admin
avatar

Nombre de messages : 1576
Date d'inscription : 25/12/2005

MessageSujet: bruno Schulz (Pologne)   Mer 23 Fév 2011, 07:29



L'œuvre graphique et littéraire de Schulz traduit aussi bien les faiblesses que la complexité psychique, les obsessions, les passions et les complexes de son auteur. L'artiste souffrait d'agoraphobie, c'était un ermite taciturne et marginal. Cet homme qui sombrait régulièrement en dépression et tombait souvent malade utilisait son art comme refuge.

article de Wikipedia.


Dernière édition par Nestor le Mer 23 Fév 2011, 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Mer 23 Fév 2011, 07:30


Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Mer 23 Fév 2011, 12:15

Bruno Schulz me fait penser à alfred Kubin, l'Autrichien; avec qui il a au moins commun d'avoir crée des dessins issus de ses fantasmes et des nouvelles.

Schulz était un proche de WITKIEWICZ (appelé aussi Witkacy), de Gombrowicz, de Franz Kafka...

parmi ses livres


D'où vient ce mystérieux album de timbres qui semble avoir le pouvoir de ressusciter les grands personnages de l'Histoire ? Qui est Bianca, cette femme au visage d'ange ? Quels liens a-t-elle avec ces revenants ? Où finit le passé et où commence le présent ? Le printemps, saison du retour à la vie, devient le théâtre d'événements troublants, aux allures parfois fantastiques. Ecrivain secret, Bruno Schulz nous entraîne dans son univers onirique et étrange transcendé par une langue poétique à la fois riche et exceptionnelle.

- Le sanatorium au croque-mort L'Imaginaire, chez Gallimard,

- Les boutiques de cannelle, même éditeur, dont on parlera, le moment venu Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Mar 01 Mar 2011, 11:01



Stephane Calais a réalisé la chambre de Schulz.

Référence à une fresque commandée à Bruno Schulz et qui lui avait permis de subsister, avant d'être assassiné en pleine rue.

voir cette page de Stephane Calais
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Mar 15 Mar 2011, 15:45


Les boutiques de cannelle, chez l’imaginaire, Gallimard.

1/2

L’origine de ces textes serait une correspondance de Bruno Schulz ; Il aurait ensuite rassemblé ces textes courts qui ressemblent, il faut le dire, à ses dessins.

Il décrit avec une objectivité d’entomologiste les êtres bizarres et les décors dégradés trouvés dans sa ville et dans la demeure familiale.

Les discours insensés de son père semblent rapportés in extenso, sans jugement moral ou intellectuel, mais non sans que le lecteur y trouve parfois la vibration d’un sentiment filial inattendu.

« Il (mon père) grimpait fréquemment jusque sur la corniche de la fenêtre et s’y perchait, symétriquement au grand vautour empaillé pendu au mur de l’autre côté. Il se tenait immobile dans cette posture pendant des heures, le regard brumeux et un malicieux sourire aux lèvres, pour, subitement, à l’entrée d’une personne nouvelle dans la pièce, battre des mains en imitant un battement d’ailes et chanter comme un coq. »

Entre le milieu et les personnages, comme dans des cauchemars non terrifiants mais avilissants, s’instituent des ressemblances, des reflets ambigus et douteux.

« Que de vieilles sagesse tourmentée il y a dans les nœuds vernis, les lignes et les veines de nos armoires vénérables et familières ! Qui saura reconnaître en elles des traits, des sourires, des regards rabotés et polis jusqu’à perdre toute identité ? »

Comme mon père prononçait ces mots son visage se couvrit de rides douloureuses rappelant les nœuds et les marbrures d’une vielle planche dont on eût raboté tous les souvenirs.

Dans la ville elle-même, avec ses ruelle famées, rôdent des passants furtifs, se promènent des femmes de commerçants qu’on distingue mal des prostituées, et règne « l’odeur d’un dissolu et paresseux ».

On pense pour les métamorphoses dégradantes à Kafka, et pour l'univers ambigu à certains paysages de Baudelaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Jeu 17 Mar 2011, 18:30

Les boutiques de cannelle.
2/2

Comme chez Kafka, le lecteur hésite parfois entre le rire de la farce et la conscience d’un tragique si ridicule qu’on vit en plein non sens. La conduite du père stupéfie, extravagante, désolante, et cocasse ; comment réagir devant le totalement absurde ?


Il arrivait qu’il interrompît[ma mère] d’un geste conjuratoire pour courir au coin de la pièce coller l’oreille à une fente du plancher et rester ainsi à l’écoute, en levant ses deux index, afin de faire comprendre l’importance capitale de la chose. Nous ne comprenions pas encore à l’époque le triste arrière plan de ses extravagances, le déplorable complexe qui mûrissait en profondeur.

La tonalité sexuelle est constante, relevant du fétichisme, du désir d’être un homme humilié devant la femme, en l’occurrence la servante du logis :

Il suffisait qu’Adèle agitât le doigt dans sa direction en mimant un chatouillement pour qu’il s’enfuît, plein d’une terreur panique, passant de pièce en pièce et claquant les portes derrière lui…

Adèle se poussa alors avec chaise,[..] releva le bas de sa robe et avança lentement un pied moulé de soie noire qui pointa comme une tête de serpent. […] Il toussa, se tut, se pencha en avant et rougit tout d’un coup. En une seconde, son visage, jusqu vibrant et prophétique, se ferma et prit une expression d’humilité.
Lui, l’hérésiarque inspiré, s’était brusquement replié sur lui-même, décomposé et recroquevillé etc..


Toute la ville semble malade, se gavant de ragots et de désirs muets - mais permanents, qui enflamment les imaginations au point de perturber tout jugement sain.

Les citadins sont fiers de cette émanation du vice qu’exhale le rue des Crocodiles. Nous n’avons rien à nous refuser, pensent-ils satisfaits, nous pouvons nous offrir le luxe d’une véritable débauche. Ils prétendent que chaque femme de ce quartier est une cocotte. De fait il suffit de considérer la première venue pour apercevoir chez elle un regard insistant, gluant, qui nous glace d’une certitude voluptueuse.

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Ven 18 Mar 2011, 11:51



les regards sont d'une délicieuse ambiguité : soumission et voyeurisme.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   Lun 05 Aoû 2013, 05:25

David Grossman fait dans les livres qui m'ont fait (in    dans la peau de Gisela) l'éloge de Bruno Schulz :
 
Citation :
Dans chaque page de l'oeuvre de Bruno Schulz  transpire cette quête infatigable d'une perfection autre, primordiale. Ses récits sont pleins de ces instants de contacts premiers, quand les mots "se retrouvent dans les ténèbres" et produisent dans la conscience du lecteur une sorte d'étincelle lui inspirant l'idée que le moi qu'il a entendu ou lu des milliers de fois dévoile son nom propre.
 
Citation :
De chaque page jaillit une vie débordante qui mérite bien son nom : illusions, nostalgies et cauchemars abordant simultanément tous les niveaux de la conscience et de l'inconscient.
 
Il parle aussi de Bruno Schulz dans voir ci-dessous : amour, tout un chapitre.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: bruno Schulz (Pologne)   

Revenir en haut Aller en bas
 
bruno Schulz (Pologne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bruno Schulz conseils de lecture
» [POLOGNE] Héraldique Polonaise
» consolidation des schistes, question pour Bruno
» C'est divin : Bruno Rigutto
» LA POLOGNE DE 960 à 1947

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Littérature dite européenne: du Sud, du Nord et de l'Est-
Sauter vers: