Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Oulipo et le jeu Ecrit Vain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Oulipo et le jeu Ecrit Vain   Jeu 15 Sep 2011, 16:40

RUBICOND
ORIPEAUX
SORDIDE
POLYNESIE
MARATRE
CENOBITE
DIATRIBE
EVANESCENT
GOURMANDER
LANTERNE

Cet homme était un anachorète, il aurait détesté être un cénobite. Il s'était échoué sur cette ile de Polynésie pour échapper à tout : la promiscuité, la foule imbécile, les bien pensants et les affreux méchants.
Vêtu d'oripeaux, dans une hutte sordide, il portait de longs cheveux blancs, toujours propres et son vieux visage était rubicond, ses yeux bleus pensifs. Il écrivait à ses moments perdus, parlait de jeunes femmes évanescentes, douces à la main qui caresse, ils les voyait.
Il n'allait au village que pour s'acheter de quoi se nourrir, parlait peu, ne restait pas longtemps. Pourtant, un jour, il fut agressé par une cliente dans la petite échoppe que désignait une lanterne peinte comme "grand magasin de fournitures et nourritures". Elle passait dans l'unique allée et le bouscula. C'est lui qui s'excusa, mais la grosse femme ne l'entendait pas de cette oreille, il du subir une avalanche d'insultes et de reproches où se mêlaient pêle mêle tout ce qui peut se dire lorsque l'on n'est pas en accord avec un style de vie qui n'est pas "comme tout le monde"
- je suis la belle-mère de douze enfants, oui monsieur, je les élève de mon mieux depuis que leur mère a quitté leur père, je ne passe pas mon temps isolée à ne rien faire, moi, monsieur !
l'homme attendit qu'elle ait terminé sa diatribe rageuse, et lui dit : "je ne critique pas votre style de vie, laissez moi vivre la mienne comme je l'entends, vous n'avez pas à me gourmander de la sorte. Madame, je vous salue bien bas"
Et il salua la marâtre comme le faisaient les mousquetaires. Il paya ses achats sans mot dire sauf, au revoir, et s'en fut de son pas tranquille retrouver sa hutte solitaire.


Dernière édition par Ysandre le Jeu 15 Sep 2011, 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
cornichon
pilier


Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   Jeu 15 Sep 2011, 16:42

J'aime beaucoup vos deux trucs avec une légère préférence pour tchipette; bravo Happy
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: oulipo et le jeu Ecrit Vain   Jeu 15 Sep 2011, 16:45

j'ai repris mon texte entre temps Cornichon, j'avais oublié "marâtre"
tu as raison de préférer le texte de Tchipette, je n'ai pas la grande forme aujourd'hui, et je me force à faire des choses pour me distraire.
Revenir en haut Aller en bas
cornichon
pilier


Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   Jeu 15 Sep 2011, 16:48

Mince, j'espère que tu va reprendre du poil de la bite bête ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   Jeu 15 Sep 2011, 17:19

cheese je ne devrais pas rire, mais c'est miam drôle
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
cornichon
pilier


Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   Jeu 15 Sep 2011, 17:26

C'est vrai tu devrais avoir honte ! siffle
Revenir en haut Aller en bas
cornichon
pilier


Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   Jeu 15 Sep 2011, 18:53

Un soleil de souffre, rubicond, à peine éclos au-dessus de l'horizon, peint de longues ombres sur le pré couvert de rosée. Un vieux pommier biscornu et solitaire se tient là, comme le témoin silencieux de la scène finale d'une pièce dramatique... Ses feuilles bruissent doucement dans la brise matinale, une pie s'envole du faîte et tire un sourire grimaçant à l'homme qui s'avance à pas comptés sur la pâture. Il est le premier, rien de surprenant il l'a toujours été...

Ses oripeaux, chapeau et gilet, sont soigneusement pliés et rangés au pied de l'arbre, précautions dérisoires lorsque l'on sait qu'on va mourir, mais la nature humaine est ainsi, faite de gestes répétés et machinaux, comme pour défier l'inéluctable... Que reste-t-il de cette vie là ? Deux trois pièces de cuivre dans la poche, la belle affaire... Une perle de Polynésie à l'oreille, elle ira à sa fille...

- Aujourd'hui est un beau jour pour mourir, sordide et blafard comme il se doit... chuinte-t-il avant d'éteindre le ciel de ses bras en croix.

L'autre, lui, à été réveillé avant le coq, il n'a pourtant pas bougé de sa paillasse de moine cénobite. Des heures peut-être qu'il est assis, le fondement au creux des draps, un poing dans la main, à tapoter stupidement du pouce. D'aucuns le connaissant pourraient le supposer : abstinent depuis plus de dix lunes, ou profondément emmerdé par un souci. Pas de bol cette fois, il est dans les deux cas. Le présage évanescent ne peut être que salement mauvais... Il ressasse, mélancolique. Il se doit se ressasser les souvenirs grivois : les gueuses qu'ils couchaient tour à tour, lui en second, toujours... Envieux ? Pris au piège par la maréchaussée et mis aux fers, pain sec et eau croupie. Pour la cause d'un frère de lait qui avait pris la fuite... Ingrat ? Déflorées, les deux soeurs du bourgmestre. Détroussée sa marâtre de femme... Ah ah, prompte à la diatribe, la vieille, mais lente à l'entendement...

Furieux ?

Oui... D'être toujours le cadet, le moins malin, celui qu'on regarde en deuxième, que l'on aime gourmander comme un moins que rien. Et de se voir donner l'exemple, appuyer sur la tête, critiqué, rabaissé sous couvert d'une amitié indomptable.

Jaloux.

Une fraternité qui repose sur quelques gouttes de sang perdues ensemble, deux trois serments jurés sur le tas à la lueur d'une lanterne crasseuse... Sait-on même si tout cela a jamais vraiment existé ? C'en est dit. Il mettra aujourd'hui fin à cette camaraderie stupide, fanée.

Direction le pré...
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: oulipo et le jeu ecrit vain   Jeu 15 Sep 2011, 20:05

Fabuleux, Bob ! tu as une sacrée patte ! une aisance ...
chuis jaloux ! dit le lémurien en prenant sa tête dans ses petites mains aux pouces opposables.
mais non ! tu n'es pas jaloux ! seulement un peu déprimé. ça va passer, va !
Revenir en haut Aller en bas
cornichon
pilier


Nombre de messages : 857
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   Jeu 15 Sep 2011, 20:10

Je remonte le topic, il sombre^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oulipo et le jeu Ecrit Vain.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oulipo et le jeu Ecrit Vain.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Bientôt l'écrit!
» Sainte Thérèse de Lisieux ! Il est des âmes sur la terre qui cherche en vain le bonheur..
» Ecrit semi-automatique
» [5è] OuLiPo et consignes poétiques
» Ecrit et oral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: CONTRIBUTEURS PRENEZ LA PAROLE :: Echanges et divertissements :: Jeux de mots-
Sauter vers: