Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Joseph Bialot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Joseph Bialot    Ven 02 Déc 2011, 14:37


Joseph Bialot, né à Varsovie le 10 août 1923 est un écrivain français et survivant de la Shoah.
Juif polonais d'origine, sa famille s’installe en France en 1930 dans le quartier de Belleville. En 1940, il est victime de l'exode et se réfugie à Bordeaux, à Pau, puis dans la région lyonnaise où il deviendra résistant anti-nazi. Mais piégé par un contrôle d'identité, il sera arrêté à Grenoble le 25 juillet 1944, déporté à Auschwitz puis libéré par l’Armée rouge en janvier 1945.
De retour à Paris en mai 1945, il rejoint l'entreprise de prêt-à-porter de ses parents, miraculeusement retrouvés. En 1969, il passe une licence de psychologie à l’Université de Paris VIII (Vincennes). Son premier roman, il l’écrit à l’âge de 55 ans. Le Salon du prêt-à-saigner, obtient le Grand Prix de littérature policière en 1979.
Ses récits respirent le vécu, ses personnages sont des êtres simples. Piéton de Paris Joseph Bialot fait de la ville l'héroïne de ses romans avec le quartier du Sentier (Le Salon du prêt-à-saigner) ou Belleville (Babel-ville).
S’il est connu pour son humour noir et aussi dévastateur que la violence de certains de ses personnages, Bialot dépeint avec beaucoup de tendresse et d’émotion les petites gens dans leur vie quotidienne.
Mais Joseph Bialot, après avoir attendu plus de cinquante ans pour le faire - "Il m’a fallu plus de vingt-cinq ans et une psychanalyse pour réussir à sortir du camp", dit-il lui même -, est aussi l'un de ceux qui ont le mieux su rendre compte du traumatisme laissé par l'expérience concentrationnaire. Qui donc a écrit que les "rescapés des camps hitlériens étaient des revenants, dans le sens du mot "spectres"?
Deux des livres qu'il a publiés, La saint Martin est fermée au public et C'est en hiver que les jours rallongent, sont des textes écrits en hommage à ceux qui n'ont pas su "re-vivre", une fois revenus des "camps de la mort".
En 2009 paraît son ouvrage "186 marches vers les nuages" qui évoque des événements peu connus de la Seconde Guerre mondiale comme la mort de milliers de déportés des camps de Neungamme et du Stuthof embarqués de force par les SS sur des navires qui seront coulés par la Royal Air Force. Il rappelle aussi les crimes de guerre nazis commis contre des prisonniers de guerre à Mauthausen, captifs assassinés sur les 186 marches de la carrière de granit du camp. Son personnage central, Bert Waldeck,fait partie des antinazis qui par leur attitude ont sauvegardé un peu d'humain dans l'Allemagne des années 33/45.
Son dernier roman "A la vie !" est une saga se déroulant de 1871 à 1948, retraçant l'histoire d'une famille d'imprimeurs de Belleville, les Mongeon, au travers des grands événements de la fin du xixe - début du xxe siècle, des assauts versaillais contre la commune de Paris à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en passant par les tranchées de la Première Guerre mondiale, la révolution russe, les années folles, la montée du nazisme et la Guerre d'Espagne.

Wikipédia

Un avant goût avant de poster sur La ménagerie drunken
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Lun 05 Déc 2011, 14:54

La ménagerie chez rivages noir / 367 pages

4 ème de couverture : Malo Rottweiler, dit « Le chien », règne sur la Ménagerie, une unité d’enquêtes spéciales de la police judiciaire. Au sein de l’équipe, baptisée ainsi par son ex-patron « Loup » Fresnel, chacun a sa fonction et son surnom. Pour l’heure, la Ménagerie est en deuil car Loup a été retrouvé assassiné d’une balle dans le dos, non loin de son pavillon de banlieue où il avait pris sa retraite. Pour le capitaine Rottweiler, c’est comme si son père était mort. Il a une dette envers son ancien patron et le meilleur moyen de la payer, c’est de retrouver son meurtrier. Un quête qui va l’emmener très loin, dans les profondeurs du passé, à une époque où personne n’était innocent.

La ménagerie c'est Malo Rottweiler dit Le chien, mais aussi Impala, Le chameau, Le Pottock, la marmotte. Ces noms d' animaux totems leur avaient été attribués par Jean-Loup Fresnel. Le roman s'ouvre sur la mort brutale de Loup. Les enquêteurs souffrent et surtout Le chien car orphelin tout petit c'est Loup qui lui aura permis de se sortir des embarras.
Puis l'enquête emmène nos inspecteurs vers le meurtre de deux danseurs pour femmes, qui ont été assassinés dans de grandes souffrances comme aimaient faire les nazis pendant la guerre.
Au commissariat parviennent des lettres de dénonciation signé par un certain Thor. Pour un moment tout laisse à penser que les milieux d'extrème droite sont mêlés à ces affaires.
Allant chercher des indices au domicile de Loup, Le chien se fait agresser et Le chameau est blessé à la cuisse.
Bientôt Rottweiler comprend qu'il faudra remonter dans le passé pour élucider le présent, passé qui mène en Normandie. Il découvrira une facette de Loup qu'il ne soupçonnait pas.

Mon avis : un très bon roman qui file vite, fort bien écrit avec des personnages fouillés et de l'humour . J'ai adoré I love you lov! J'ai vu qu'il y a trois romans avec Loup je vais certainement les lire


Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Lun 05 Déc 2011, 18:57

Merci, Natalia pour ces précisions sur un auteur que je convoite de lire depuis longtemps.

Le salon du prêt à saigner est de bonne qualité, et porte bien son titre, d'après mes souvenirs. C'est le seul que j'aie lu de Bialot, mais avec un grand plaisir.

Ce qui me tente

La saint Martin est fermée au public 168 p. chez Fayard. "version romanesque" du retour de camp raconté dans

C'est en hiver que les jours rallongent 280 p. au seuil

je serai prêt a accompagner une lecture de 186 marches vers les nuages -- Joseph Bialot
chez Métailié -- 2009

d'autant que le livre est plus rapide que l'escalier ! (171 pages contre 186 marches )


On le garde en mémoire ?

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Lun 05 Déc 2011, 20:30

oui bien sur car j'ai énormément envie de lire C'est en hiver que les jours rallongent qui n'est pas un polar mais a très bonne critique Smile
Revenir en haut Aller en bas
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mar 06 Déc 2011, 08:06

186 marches vers les nuages est dans mon réseau. Ce roman est en lice pour le Prix de Mauves en Noir.
Revenir en haut Aller en bas
caroline
pilier
avatar

Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 21/06/2008

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 07 Déc 2011, 18:25

Natalia a écrit:
186 marches vers les nuages est dans mon réseau. Ce roman est en lice pour le Prix de Mauves en Noir.

Tu as lu ça quelque part Natalia ? Bialot n'est pas dans la liste des auteurs du Prix 2012.
Revenir en haut Aller en bas
http://fonduaunoir44.blogspot.com/
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 07 Déc 2011, 18:32

oui je l'ai lu quelque part, j'sais plus où et je pensais rectifier demain car j'ai vu qu'il n'apparait pas pour Mauves

Désolée ( pourtant il aurait du mérite je trouve ) Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 07 Déc 2011, 19:47

Possible qu'il ne se déplace plus beaucoup : il est né à Varsovie le 10 août 1923 !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 14 Déc 2011, 08:35


Un livre à conseiller !

Joseph Bialot, La station Saint-Martin est fermée au public. Chez Fayard 170 p.

1/2

Citation :
« Me reconstituer moi , ça c’est une autre affaire. Après la guerre, le plus facile consiste à déblayer les ruines et à reconstruire les villes, mais les humains aux âmes détruites, on les rebâtit comment ? Avec quelle « casse » recompose-t-on, le texte d’une vie disparue ? »

Faute de savoir son vrai nom, on a appelé "Alex" ce déporté frappé d’amnésie. Sa seule identité, son matricule d’Auschwitz.

Le récit raconte son éveil progressif, son désarroi, les scènes revécues par le traitement à la narcose.

Des instantanés de la vie des camps, bribes effrayantes du souvenir qui se conjuguent avec les angoisses du présent.

Les commentaires "de mémoire" de l'auteur donnent à ce récit un très prenant "effet de réel".
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 14 Déc 2011, 15:58



2/2 La station Saint-Martin est fermée au public.

En effet Bialot, en plus du récit auquel nous ne sommes pas insensibles, fait parler les contemporains : ceux qui attendent le retour des prisonniers, mentionnent le traumatisme de la séparation comme l’espoir impatient (souvent bien improbable) de les retrouver.

Il est dur de reprendre une vie normale, et c’est la signification du titre : La station Saint-Martin est fermée au public , les lieux ont changé, le déporté débarque dans un monde nouveau.

Que savons-nous actuellement des tickets d’alimentation pour les J1, J2, J3 (comprendre les différents âges de l’enfance à l’adolescence), voire de la mentalité de l’époque ?

Joseph Bialot mentionne incidemment le chiffre des lettres de délation/dénonciation, pratiques bien étrangères aux Danois dont le Roi était descendu dans la rue avec une étoile jaune. L’exemple venu d’en haut encourage la résistance - ou excuse les bassesses !

C’est dire l’intérêt de ce récit qui me fait renouer avec Joseph Bialot; Heureusement j’ai la chance de pouvoir me procurer d’autres titres !! cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 14 Déc 2011, 19:33

Après La ménagerie moi aussi j'ai envie de lire d'autres titres et je le peux c'est tant mieux cheers
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Sam 14 Jan 2012, 10:09

186 marches vers les nuages chez Métailié.

Le Cap Arcona était un paquebot allemand de grand luxe dont l'histoire est liée à l'une des plus grandes tragédies maritimes de la Seconde Guerre mondiale.

Le 3 mai 1945, il est coulé par l'aviation britannique avec deux autres navires, alors qu’il transporte des milliers de déportés sortis du camp de concentration de Neuengamme que les SS veulent faire disparaître.

Cette tragédie a causé 5 fois plus de morts que le naufrage du Titanic.


les cages flottantes nazies

Citation :
mes souvenirs prennent feu dans ma tête

s'écrie le narrateur au réveil de son cauchemar. Il apprend qu'un capitaine de la flicaille militaire US veut le contacter :

" Il se présente et me précise qu'il est dans un service spécial chargé de retrouver les criminels de guerre pour les faire juger"

Citation :
- Si j'accepte, qu'est ce que je dois faire dans l'immédiat ?

- Rien, vous m'accompagnez simplement.

Citation :
Et c'est ainsi que le 5 janvier 1946, par un froid de glace, je me suis retrouvé à Berlin.

fin du premier chapitre, on est embarqué vite fait ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Dim 15 Jan 2012, 16:08

Je viens de terminer "186 marches vers les nuages"

4 ème de couverture:


Bert Waldeck a passé onze années dans des camps nazis au titre de Schutzhaftling, détenu de sécurité enfermé sans jugement. Il a survécu au naufrage des bateaux- cages, bourrés de déportés, coulés par les Anglais, début mai 1945. Il retrouve Berlin, sa ville natale.
Un officier américain le recrute pour l'aider à retrouver un certain Hans Steiner, capitaine SS recherché comme criminel de guerre qui a été son ami d'enfance.
Au cours de cette recherche, Bert va se rendre compte qu'il n'est qu'un instrument manipulé entre les mains des GI's et que le but de son travail n'a rien à voir avec le châtiment des SS. Et Bert va se révolter... 186 marches vers les nuages est à la fois un roman historique et un roman d'espionnage dans une ville qui fut une grande capitale dont, au début du récit, il ne reste rien. Et la guerre froide pointe son nez à l'horizon...

mon avis:

On ne peut pas dire que c'est un roman drôle, mais il est tellement bien écrit qu'il ne fait pas "gore" non plus. Pourtant que d'atrocités décrites, de maltraitances dans les camps de la mort!.

Après avoir subi le pire dans ces camps, Bert survit.

Mais hélas, ces morts qui ont été son quotidien, ces exactions qu'il hait, il ne peut rien faire pour oublier. Alors, il va vivre avec mais en sachant que les nazis, les ss, les savants pourront encore continuer, car pour des raisons "politico-militaires", on ne va faire beaucoup d'efforts pour les retrouver. Au contraire, les autres pays vont se les accaparer pour s'en servir aussi ...

Beaucoup de raison pour Bert, de ne plus se retourner et d'avancer pour lui, que pour lui.

Un bel hommage rendu aux prisonniers, à leur courage sous les coups des assassins.
Une révolte contre ces mêmes assassins.

Voilà ce que j'ai compris de ce roman qui est m'a fortement impressionnée.
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 25 Jan 2012, 12:12

186 marches vers les nuages

Un roman noir fort bien écrit et pourtant le sujet est douloureux et plein d'atrocités. Bialot nous décrit à travers Bert des horreurs que certes nous connaissons aujourd'hui mais son choix de mots, son pouvoir évocateur donne des coups de poing au ventre. Il relate si bien la faim, la vraie, celle terrible qui parfois arrive à faire se conduire les hommes comme des animaux. Je ne connaissais pas cette tragédie du Cap Arcona et des autres bateaux...incroyable Sad
On traverse Berlin en ruines avec ces allemands qui doivent dorénavant se regarder dans les yeux.
Bert croit pouvoir retrouver son ancien tortionnaire, accepte la proposition de Doug l'américain. Mais il va aussi s'apercevoir que les horreurs commises peuvent servir à d'autres pays " les alliés d'hier " seront les ennemis de demain. Les intérêts politiques et stratégiques sont là.
Bert reprend son chemin seul, libéré.

Très très beau roman, puissant, poignant.. A conseiller autour de soi I love you lov!
Revenir en haut Aller en bas
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 25 Jan 2012, 12:24

merci Natalia d'avoir résumé à ta façon ton ressenti à la lecture de ce roman. je vois que tu as été, toi aussi, très troublée. bye
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
Natalia
pilier
avatar

Nombre de messages : 9409
Age : 52
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 10/01/2011

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 25 Jan 2012, 12:40

Oui j'en suis encore très émue. Je suis contente que mon libraire m'ait conseillé cet auteur et d'avoir pu ainsi découvrir sa narration.

Je te conseille aussi La ménagerie dont je parle en début de sujet.
Je lirai d'autres titres de cet auteur, c'est certain
Revenir en haut Aller en bas
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 25 Jan 2012, 12:42

Oui moi de même, je vais noter "La ménagerie" pour ma prochaine commande bye
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Jeu 26 Jan 2012, 16:28

186 marches vers les nuages, chez Métailié.

J’aime bien Joseph Bialot.

Il écrit avec une grande économie de mots, boude les effets, aime la densité des textes.

Citation :
« Je ne suis plus un être humain, mais un objet que l’on cherche à manipuler à sa guise. »

Bert Waldeck a connu l’univers des camps pendant la guerre et, à sa libération, il est embauché par des services américains, censément pour retrouver d’anciens nazis, et tout spécialement un ami d’enfance qui avait mal tourné, au point d’être un directeur de Lager !

Toute l’œuvre est sous le signe de l’ambiguïté et de la mort.

Cette mort, Bert l’a côtoyée à de multiples reprises, il la retrouve présente dans un Berlin en ruines où deux de ses proches sont assassinés.

Le récit juxtapose des épisodes du passé, et des événements présents, selon un méthode habituelle à Bialot, mais légitimée par des récits, de interrogatoires, des confidences ou des associations de souvenirs. L’auteur n’exploite pas une veine d’horreur, il esquisse sobrement des tableaux qui se gravent dans notre mémoire ; ainsi on découvre au cours d’un passage dans les galeries abandonnées du métro berlinois...

« Des ossements en tenue de combat, encore vêtus de leurs uniformes. Ils sont là, bottés, casqués, leurs armes posées près d’eux. Je ne suis plus dans lempira mais dans un ossuaire peint par Otto Dix.
[…]

La tête de mort bouge soudain. Je ne peux m’empêcher d’avoir un mouvement de recul.

De son orbite vide sort un museau gris, pointu, qui se fraie un chemin et surgit de la boîte crânienne.

- Du calme, dit Max, du calme, ce n’est qu’un rat. »


L’ambiguïté caractérise cet univers d’après guerre où les survivants de tous les camps s’inventent des histoires, des identités, au service parfois de puissances alliées qui commencent à se regarder avec suspicion, quand ce n’est pas avec hostilité.

186 marches traduit une impression de scepticisme, d’amertume, et d’écoeurement fréquent dans le monde du roman noir, où la sensibilité anarchiste traduit la volonté de ne plus être dupe des évènements et des engagements.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Ven 27 Jan 2012, 07:08

Citation :

Je ne connaissais pas cette tragédie du Cap Arcona et des autres bateaux...

idem pour moi, et ce livre a le mérite de le faire savoir comme de rappeler sans lourdeur des données historiques :

L'organisation de camps avec des kapos criminels de droit commun, la persécution des homosexuels et des témoins de jehovah. Les prisonniers étaient facilement identifiables, avec leurs étoiles de couleur rose, verte, rouge ou violette.

Berlin est présente, juste avant la guerre, avec des films et des tableaux annonciateurs. Le vampire de Dusseldorf, et les représentants de "l'art dégénéré", Otto Dix, George Grosz, annoncaient à leur manière la suite : Berlin en ruines, la misère dechéance de toute une population. Voila le bilan de l'enthousiasme des défilés de Nuremberg !
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Sam 28 Jan 2012, 06:21

Le titre 186 marches provient d'un épisode :

Citation :
« Pour remonter les pierres extraites, il faut emprunter une seule voie : un escalier taillé à la hâte dans la roche dont les cent quatre-vingt-six marches vers les nuages, cent quatre-vingt-six marches menant droit au ciel. »

mais on voit bien le symbole : dure est la remontée à l'air libre du survivant qui a connu la guerre et les camps.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Sam 28 Jan 2012, 08:08

Tu en parles très bien Rotko, je pense qu'après nos appréciations les grains vont avoir envie de le lire ! merci
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Sam 28 Jan 2012, 10:56

Quelques remarques sur l'intrigue. Dans les romans policiers, je cherche toujours à voir si on m'a mené en bateau, ou si l'intrigue se tient. d'un autre côté, je n'aime pas les explications complètes à la Hercule Poirot, genre conférence de presse où le petit homme aux moustaches cirées, fait son numéro de théâtre et explique tout, quitte à dénoncer un faux coupable pour ensuite démasquer le vrai ! rire

- Il est providentiel que Maria ait assisté à l’arrestation de la mère de Bert et de son épouse.

- La résolution de l’intrigue n’est ni pesante ni bavarde.

Tout s‘enchaîne-t-il comme dans un parfait petit puzzle ? avec des personnages troubles qui jouent double jeu dans l‘ombre, on ne saurait s’attendre à la clarté des lampes halogènes. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 28 Nov 2012, 06:55


disparition de Joseph Bialot, à 89 ans.



260 p. Archipel

Joseph Bialot est l'un des rares Français à avoir vécu la libération d'Auschwitz. Entre le 18 janvier 1945, début de l'évacuation du camp et des marches de la mort, et le 27 janvier, date de l'arrivée des Soviétiques, la vie - ou la mort - de milliers de déportés s'est jouée en Haute-Silésie.

, il a « cessé de faire partie du monde normal » pour revêtir une nouvelle peau : celle du déporté...
Après « soixante-cinq ans de fausse résurrection », Joseph Bialot évoque les six mois qu'il a passé à Auschwitz, mais aussi le réapprentissage de la vie, d'abord à Cracovie puis à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
darabesque
pilier
avatar

Nombre de messages : 2846
Age : 75
Localisation : picardie
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 28 Nov 2012, 08:27

raison de plus pour moi de commandeer "la ménagerie"
Natalia en parle dans ce fil avec beaucoup d'émotion Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesperso-orange.fr/Marie-Chevalier/
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Joseph Bialot    Mer 28 Nov 2012, 10:26

rien n'empêche de programmer en lecture commune un Bialot, comme la ménagerie, ou un autre titre, pour décembre col
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joseph Bialot    

Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph Bialot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» FOURIER (Joseph) Mathématicien - Physicien - Préfet etc..
» Prières quotidiennes pour la neuvaine de Saint-Joseph
» BREISSAND (Joseph) Baron - Général de brigade
» GRANDVAL Joseph-Antoine ...
» Famille saint Joseph

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: "Autres lectures" :: Polars-
Sauter vers: