Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kamel Daoud (ALGERIE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 67
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Kamel Daoud (ALGERIE)   Mar 13 Déc 2011, 09:37

[img]

Né en 1970 à Mostaganem, Kamel Daoud est aujourd’hui journaliste et chef de rédaction au Quotidien d’Oran. Il a publié en Algérie des recueils de nouvelles et de chroniques, ainsi que des romans.
Le Minotaure 504 est son premier livre publié en France dans le cadre d'une coédition entre les éditions algéroises Barzakh et Sabine Wespieser éditeur. Il travaille actuellement à un roman qui met en scène le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Étranger de Camus.
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 67
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Kamel Daoud   Mar 13 Déc 2011, 09:40


Le Minotaure 504, Kamel Daoud, Sabine Wespieser éditeur Mai 2011,112 p.
( publié sous le titre La préface du nègre par les éditions Barzakh en 2008 )

Dans ce magnifique recueil de nouvelles qui fut remarqué à juste titre * Kamel Daoud nous parle de l'Algérie en tant qu'écrivain - et non plus journaliste – ce qui lui offre une grande liberté et insuffle à son propos une force largement due à la richesse , à la beauté et à la puissance de son écriture.
Appartenant à une génération née après l'indépendance, l'auteur s'y interroge sur l'immobilisme d'un pays mort-né qui a été incapable de se créer un avenir, sur un peuple esclave, résigné, tétanisé par la peur et corrompu par l'avidité, écrivant sans cesse le même livre, une histoire unique figée sur l'impact d'une « première balle de novembre » qui ne l'a pas libéré . Un peuple qui, ayant occulté et falsifié sa mémoire, ne peut plus avancer qu'en fuyant car il ne croit plus au miracle et tombe dans l'enfer alors que le paradis est à sa portée.
Ce sont quatre récits allégoriques et satiriques dont les narrateurs sont des Algériens n'ayant pas connu la période coloniale et qui se présentent sous la forme de monologues ou de confessions prenant à témoin le lecteur. Des récits intenses dont l'acuité, la profondeur et la sincérité du propos touchent et dérangent , mettant en lumière la particularité d'un pays en revivifiant un fond de légendes et de mythes universels.


* Prix Mohammed Dib en 2008, publié en France en mai 2011, il fut sélectionné pour le Goncourt de la nouvelle et le prix Wepler

(Suite de ma chronique où je présente chacune des 4 nouvelles sur mon blog )


Dernière édition par ECaminade le Mar 13 Déc 2011, 09:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
ECaminade
pilier
avatar

Nombre de messages : 244
Age : 67
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Kamel Daoud   Mar 13 Déc 2011, 09:42

Le Minotaure 504, p.7


A Alger, tout le monde vit avec mon argent, mon fric, les 1700 DA qui m'ont été volés près de la gare des trains, il y a dix-sept ans.
Qu'est-ce que tu crois? Qu'on arrive à Alger parce qu'on a pris le taxi et son cabas? Hi hi ! Tu me fais rire. Ils sont combien comme toi à ton avis? Des millions ! Tous les millions de ce pays. Tous veulent aller à Alger et lui demander de leur faire la cuisine, de leur donner à manger, de les abriter, de porter leurs enfants sur son dos et de leur montrer la mer qu'elle possède. Tu sais ( Là, il se penche vers moi avec ses petits yeux qui se veulent malicieux, et pour que les autres passagers ne nous entendent pas), Alger, ce n'est pas une femme, ce n'est pas un homme comme toi et moi. C'est... c'est comme un truc que j'ai vu un jour sur Canal +. Oui, j'ai regardé Canal +, la nuit, comme tous, mais moi je le dis ( il rit en m'indiquant du menton nos compagnons, en visant son rétroviseur), je ne le cache pas. J'ai vu – que Dieu nous préserve -, une sorte de femme qui avait des seins et un sexe d'homme tendu vers la caméra. Alger, c'est comme ça : c'est une transsexuelle, comme on dit. Personne ne sait. Ya des gens qui veulent la téter et elle les empale. Y a des gens qui veulent l'épouser et c'est elle qui les déflore.


( Vous pouvez lire 1 autre extrait sur mon blog )


Dernière édition par ECaminade le Mar 13 Déc 2011, 09:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Quetschup
pilier
avatar

Nombre de messages : 1739
Localisation : Tachkent
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Kamel Daoud (ALGERIE)   Mar 13 Déc 2011, 09:43

Merci pour ce post Ecaminade, très intéressant , je le note.
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Kamel Daoud, le Minotaure 504   Jeu 27 Sep 2012, 16:07

1/2

On ne trouvera pas dans Le Minotaure 504 (Wespeiser, 108 p.) de petits récits au sens traditionnel du terme « nouvelles ». Mais des monologues - plus ou moins mis en scène par l’écrivain : soliloque d’un personnage, commentaires ironiques d’un auditeur, et mention du décor urbain par exemple.

Dans la nouvelle titre, Le Minotaure 504, un « taxieur » (chauffeur de taxi) qui s’étourdit de paroles, prend ses clients pour des auditeurs, contraints qu’ils sont à écouter les sarcasmes d’un déçu de la capitale.

Originaire du Sud, - comme le narrateur de « Gibril au kérosène », il exhale sa rancœur de « floué de l’indépendance », de victime d’une métropole, Alger, qui s’arroge le droit de parler au nom du peuple algérien. Alger avale ses paysans (« le Minotaure » + « 504 » comme la 504 Peugeot), les transforme en travailleurs amers, nourris des restes, maître mot du patrimoine algérien :

« Partout il y avait des restes de repas ou des restes d’hommes. Des restes d’immeubles occupés dans la hâte après la fuite des colons ».
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Kamel Daoud (ALGERIE)   Ven 28 Sep 2012, 17:32

2/2 Le Minotaure 504.

La seconde nouvelle, « Gibril au kérosène », enfonce le clou, et dans la bouche d’un inventeur d’aéronautique (mégalo ou non, bavard assurément !), la dérision est constante pour décrire un pays sans avenir, qui se dupe lui-même de refrains politiques éculés, et joue la mauvaise foi contre un immobilisme forcé :

« la lourde pesanteur qui rivait les miens à leur sol depuis des siècles. »

« Ce peuple était creux de l’intérieur depuis trop longtemps et vivait sous terre à force d’aimer ses racines et d’en parler sans cesse. »

L’armée - dont on sait le rôle et les postures avantageuses, est raillée par un de ses partisans. Les citations font mouche, révélant par l’ironie un désespoir profond qui condamne à l’inactivité et à l’impuissance.

En ce sens, les personnages de Kamel Daoud sont symptomatiques d’un verbiage infécond, à ceci près que la langue de l’auteur et son regard perspicace mettent à nu un orgueil mal fondé, et une réalité accablante, ressentie comme fatale, dans cette description d’Alger (elle vaut pour le pays) :

Citation :
« Une ville possédée par les voleurs la nuit, et par les puissants le jour. »

Journaliste, Kamel Daoud, décape d’une langue cruelle, les maux réels du pays et les attitudes stériles (en quoi pourrait-elle être fécondes ?) des Algériens laissés au bord des routes par des dirigeants .incompétents.

Les Algériens finissent par ne plus croire en rien , tellement ils ont été victimes des fariboles officielles.

Citation :
« Aucun Algérien ne peut en admirer un autre sans se sentir le dindon d’une farce ».

La force de Kamel Daoud est d’utiliser le ton, et le vocabulaire de personnages (le taxieur est amer et grossier, l‘inventeur, mégalomane) pour analyser froidement le malaise du pays, in situ, pourrait-on dire. On décrypte les paroles des habitants.

le lecteur lit donc à deux niveaux, au premier degré avec les personnages, et à travers eux, mais par-dessus leurs épaules, le malaise général.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Kamel Daoud (ALGERIE)   Sam 21 Sep 2013, 06:54

Quelques conseils à nos dictateurs, par Kamel Daoud.
 
 
Comment réussir une bonne dictature ?

Il ne suffit pas de traficoter des élections, noyer les partis d'opposition ou mettre la moitié de la population sous la surveillance de l'autre moitié mieux payée.

Une dictature ne se mesure pas à la longueur du bras ni à sa force mais au jeu d'articulations entre le poignet, la main, l'avant-bras, le bras et le coup de pied.

Pour ce faire, songez par exemple à toujours mettre la moitié de l'armée ou ses trois quarts sous l'ordre de votre fils ou frère. Il n'y a pas mieux pour s'assurer contre le coup d'Etat à l'égyptienne ou la neutralité désastreuse à la tunisienne.

C'était l'erreur de Benali d'avoir misé sur sa femme et pas sur un fils général d'armée et c'était l'erreur de Moubarak d'avoir gardé le galon en donnant l'économie à ses deux bambins.

Seconde précaution : mettre les affaires du pays, c'est-à-dire ses principaux monopoles alimentaires et de communication sous la coupe d'un proche très proche.

C'est la force actuelle de Bachar en Syrie : un Ramy Makhlouf comme racketteur principal du pays et son frère Maher comme patron du 4ème régiment privatisé.

Ensuite, ne jamais laisser émerger un patronat «privé» fort.

Toujours l'encercler par un secteur public à concurrence déloyale et quelques antennes de multinationales spécialisées dans l'exploitation des ressources.

Les politiques d'investissement étrangers doivent être limitées à des politiques de concessions sur les richesses nationales, éternellement inquiétées par une population voisine difficile que le régime tiendra à distance, mais pas trop pour que le message passe.

Ainsi, en cas de crise, l'Occident veillera mieux à vous aider qu'à vous chasser car la révolution sera sa facture, pas la vôtre.

Il faut aussi veiller à ne jamais combattre les islamistes et les djihadistes jusqu'au dernier. Non. Il faut en laisser quelques groupes d'animations dans quelques zones pour justifier d'abord l'Etat d'urgence, ensuite le soutien de l'Occident et, enfin, la peur des populations.

Un attentat de temps en temps est aussi utile que de fausses élections de temps à autre. Un boat people d'immigrés clandestins lâchés vers le Nord à partir de votre pays vous ramènera plus d'argent et de soutien qu'une visite d'Etat en Europe.

Ensuite, et en cas de manifestations, ne jamais tuer, tirer ou permettre le coup de feu.

On peut acheter les vivants mais pas les morts par balles. Ensuite, ne jamais réprimer l'opposition trop frontalement.

Il faut la laisser faire, la laisser venir, la «travailler» sur les côtés, voir ce qu'elle mange, d'où elle vient et l'isoler peu à peu sans s'y confronter. Un opposant devient un héros quand il est mis en prison, mais si tout le peuple est en prison, le prisonnier devient un banal piéton entre cellules.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Ysandre
pilier
avatar

Nombre de messages : 18014
Age : 114
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Kamel Daoud (ALGERIE)   Sam 21 Sep 2013, 07:03

c'est terrifiant !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: Kamel Daoud (ALGERIE)   Jeu 31 Oct 2013, 12:23

Meursault, contre-enquête éditions barzakh
Citation :


Aujourd’hui, M’ma est encore vivante.

Elle ne dit plus rien, mais elle pourrait raconter bien des choses. Contrairement à moi, qui, à force de ressasser cette histoire, ne m’en souviens presque plus...
 
lire le  chapitre 1
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kamel Daoud (ALGERIE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kamel Daoud (ALGERIE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meursault, Contre-enquête : La suite de l'Etranger de Camus par Kamel Daoud
» Algerie-Rwanda
» Le Monastere de Tibhirine ALGERIE et Christianisme
» Egypte / Algerie
» VILLE D'ALGERIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: FICTION :: Afrique et Moyen Orient-
Sauter vers: