Forum littérature, roman, polar, poésie, théâtre, BD, SF, auteurs et livres du monde entier sur le forum littéraire et tous les arts, cinéma, peinture ...

Une table conviviale pour parler des livres, des spectacles, et goûter aux plaisirs des mots.
 
AccueilPortail*FAQIndex auteursS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 bela Tarr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: bela Tarr   Jeu 01 Déc 2011, 06:52

Le Cheval de Turin de bela Tarr et Ágnes Hranitzky,

Avec János Derzsi, Erika Bók, Mihály Kormos, Ricsi

]


Le 3 janvier 1889, sur la piazza Alberto de Turin, Nietzsche se jeta en pleurant au cou d'un cheval de fiacre épuisé et brutalisé par son cocher, puis perdit connaissance. Après cet événement, le philosophe n'écrivit plus jamais et sombra dans la folie et le mutisme. Sur cette base, The Turin Horse explore les destinées du cocher (Miroslav Krobot), de sa fille (Erika Bók) et du cheval dans une atmosphère de pauvreté augurant la fin du monde.

retour sur la production de bela Tarr


Dernière édition par rotko le Jeu 01 Déc 2011, 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Ven 03 Fév 2012, 07:10

D'excellents echos sur ce film !

Quelques mois après Melancholia, de Lars Von Trier, c'est au tour de Béla Tarr de donner sa version de la fin du monde. En fait, il suffit d'additionner ses films les uns à la suite des autres pour comprendre qu'ils prolongent tous le même plan-séquence de l'apocalypse.

Le cheval de Turin est le dernier souffle d'une filmographie recelant quelques monuments (Le tango du diable, Les Harmonies Werckmeister) et correspond à l'aboutissement exceptionnel de toutes les obsessions thématiques et formelles de son auteur, moderne et expérimental, baroque et opératique.


tout l'article d'Excessif.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Dim 07 Oct 2012, 18:46

je regarde en deux épisodes le film Les Harmonies Werckmeister sorti en 2001

Dans une petite ville de la plaine hongroise, arrive un sinistre cirque itinérant qui traîne une baleine dans une remorque. Un jeune homme, János, tente de préserver l'ordre dans la ville de plus en plus perturbée, mais en même temps il perd sa foi dans cet univers non naturel et chaotique que Dieu lui-même semble avoir déserté.

Ce film s'inspire du roman La Mélancolie de la Résistance de László Krasznahorkai, publié en 1989. Il décrit le désœuvrement et la perte d'identité d'une petite ville hongroise


C'est une oeuvre lente et puissante que j'aurais cru plus ancienne car le monde décrit paraît marqué par la misère et bien arrièré.

le cine-club de Caen le raconte en détail, sans rendre, me semble-t-il, la fascination et la tristesse qu'expriment les images.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Dim 07 Oct 2012, 18:53

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Mar 09 Oct 2012, 09:27

Les Harmonies Werckmeister

Un peu d’ordre dans cette histoire, avec deux personnages à suivre : un garçon généreux et un artiste,

- Valushka, le postier, garçon simple, rend service à tous, solidaire et humain, susceptible de se faire influencer, il connaîtra un mauvais sort.

- Eszter, musicien et musicologue. On veut lui imposer des règles de composition, et sous des pressions diverses, il doit se soumettre, contre son gré. Il est l’ami de Valushka, connaît aussi un mauvais sort, mais reste solidaire avec Valushka.

Le contexte.

L’époque n’est pas précisée. Dans cette petite bourgade l’arrivée d’un cirque forain avec une Baleine et un Prince alimente les conversations et les rumeurs. La peur circule dans la foule, certains craignent des émeutes et veulent faire régner l’ordre, donc la répression des mouvements populaires.

Les symboles

On ne sait pas trop ce qui agite les foules. La Baleine est certes un monstre, on devine dans le Prince un agitateur > la foule se lance dans le saccage d’un hôpital avant être réprimée par l’armée et les tanks.

La mise en scène est impressionnante par la lenteur des déplacements et des plans séquences fascinants.

D’un côté des rues vides parcourues par Valushka, de l’autre une foule en mouvement, destructrice et incontrôlée, dont les manifestations s’arrêtent soudainement. La musique traduit successivement la désolation et la misère de la bourgade parcourue par Valushka, la violence de la foule et son piteux reflux.

Le film dégage une impression d’univers maudit où toute action « entraîne la déception et le mensonge ».

Pour des analyses plus fines et un aperçu métaphysique sur l’Art et l’univers, voir les liens ci-dessus.

Je ne fais que donner des indications très sommaires pour une bonne compréhension de ce film complexe, riche et d’une esthétique très élaborée.

Après le film, lire les analyses, les images de toute façon vous marqueront fortement.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Mar 09 Oct 2012, 09:36

Pour avoir une idée des scènes puissantes du film, je propose un détour par l'art de Franz Masereel


clic !

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Dim 03 Fév 2013, 07:23

je peux avoir deux films

Le nid familial , [DVD] -- Bela Tarr, réal.

Béla Tarr décrit le processus d’exclusion d’une femme victime d’un double système. Elle est à la fois victime du pouvoir des mâles, abjectes vis à vis de toutes les femmes (le mari modèle, à peine rentré de son service militaire, attaque avec son frère une jeune tzigane amie d’Irén et la viole en pleine rue), et victime d’un carence d’un Etat communiste qui fait la promotion d’un modèle mais affiche son impuissance à répondre à la demande d’Irèn. Pour Irèn, la seule façon de se libérer du joug de son beau-père tyrannique, c’est en trouvant un logement qui sera son nid familial, un cadre dans lequel elle peut vivre avec son mari et sa fille

le nid familial

Satantango , [DVD] -- Bela Tarr réal.


Réal. : Béla Tarr [Suisse-All.-Hongrie, 1994, 450 min, 35 mm, VOSTA] avec Mihály Vig, Putyi Horváth, László feLugossy

Dans une ferme collective perdue dans la plaine de Hongrie, une petite communauté se déchire et se détruit. Le retour d'un homme que tous croyait mort bouleverse les convictions de chacun. « À travers ce jeu hypnotique, Béla Tarr se rend maître de la situation et nous mène où bon lui semble, explorant une gamme complète de sensations : la découverte, le ressassement, le malaise, l'euphorie, la surprise, mais aussi l'ennui, l'agacement, l'assoupissement ou le réveil en fanfare. C'est ainsi que ce cinéma, qui pourrait sembler très loin de nous, se rend indispensable, au même titre qu'un film de Hou Hsiao-hsien ou de Sokourov : il creuse la vie dans tous ses états, des deux côtés de l'écran. » (Antoine de Baecque, 2001)

Satantango

voir cet article plus général sur Bela Tarr

Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Jeu 25 Juil 2013, 16:26

J'ai entrepris de voir en plusieurs épisodes satantango oeuvre de 7 h 30 en 3 DVD.

Une oeuvre au rythme lent, puissante m'a-t-il semblé, et qui sonde des personnalités troubles, dans une Hongrie des profondeurs, isolée et rebutante.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Ven 26 Juil 2013, 05:13

satantango

un village perdu de la Puszta (l’immense plaine hongroise), autour duquel se déroule toute l’action, adaptation du roman de László Krasznahorkai,

l'avis des inrocks :

c’est un film à part entière, qui ajoute du temps, de l’espace et de l’air et de l’humidité, de la vibration, du tempo, du tango, à la prose de l’écrivain fétiche de Tarr (dont il a tiré ses trois derniers films). C’est à la fois romanesque et naturel, car comme le dit Gus Van Sant : “Les films de Béla Tarr sont si proches du rythme de la vie…"

Voir le superbe prologue du film, plan-séquence de sept minutes et demie en travelling accompagnant un troupeau de vaches qui sort de l’étable. L’atmosphère est installée. Toute cette histoire de déréliction, rythmée par les travellings coulant le long des rues pluvieuses et fangeuses du bourg, culmine avec l’intrusion d’un faux gourou (magnifiquement incarné par le compositeur du film, Mihaly Vig), qui va abuser les paysans.

Un imposteur dostoïevskien filmé par le meilleur disciple deTarkovski
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Mar 30 Juil 2013, 13:42

Satantango est un film merveilleux, bien que très lent, et mettant en scène des personnages frustes, tricheurs, vulgaires et animés par des passions brutales.

Le décor, fermes rurales en mauvais état, pluie incessante, boue permanente : la découverte lente de cet univers dans le film lui donne une grande puissance.


un des épisodes les plus marquants serait la fillette et son chat. C'est selon moi, pour le réalisateur, l'occasion de montrer l'existence du mal, même chez des créatures ingénues.

Le découpage en chapitres reprend des scènes déja vues dans des episodes précedents, mais selon des variantes qui tiennent sans doute aux personnages. On s'aperçoit en effet que toutes les scènes qu'on voyait se dérouler, sont elles-mêmes vues par un personnage.

L'impression générale est que dans ce monde, tous s'épient et se surveillent.

Il me reste à voir le 3e DVD. Le film comporte, selon les instructions du réalisateur, deux entr'actes.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
rotko
pilier
avatar

Nombre de messages : 69282
Date d'inscription : 26/12/2005

MessageSujet: Re: bela Tarr   Sam 03 Aoû 2013, 05:29



images et scènes inoubliables.

le réalisateur surprend par des images qu'on ne sait pas tout d'abord interprèter, puis par un travelling avant et/ou un changement d'eclairage, on découvre ce qu'on ne pouvait voir.

Idem pour le récit, la fin renseigne sur la voix qu'on entendait, sans pourtant que toutes les ombres de cette histoire soient dissipées.
Revenir en haut Aller en bas
http://grain-de-sel.cultureforum.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: bela Tarr   

Revenir en haut Aller en bas
 
bela Tarr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grain de sel - Forum littéraire et culturel :: SPECTACLES :: Ecrans: cinéma et télévision-
Sauter vers: